visites par jour

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2019

Impressions hivernales...

http://www.runningtrail.fr/resultats/1548667369-res13kmaq...

https://ok-time.fr/resultats/?course=119792

Deux courses deux ambiances... et résolutions de nouvel an!

Quelques précisions: Naussanes, Dordogne, le 30/12/18. A l'arrivée du 15 km sur route, pas si facile que ça il est vrai car sur parcours vallonné, mon chrono indique 1h06, alors que j'étais plutôt bien préparé et que j'espérais me rapprocher de l'heure (1h01-1h02 m'auraient suffit!). 

1h01, c'est le temps que j'avais fait 5 ans auparavant; avec une prépa orientée multisports: à cette époque je courrais moins, mais mon entrainement hebdomadaire tournait autour de ma sortie longue rituelle du lundi à vtt, de l'ordre de 3H30. A cela se rajoutait, toujours selon mon plan hivernal axé CAP, deux sorties CAP d'1H30 avec de l'intensité, et une "mini séance" de 0H30 en footing. 3H30 de VTT + 3H30 de CAP = 7H00 + 1H30 d'escalade bloc en salle, qui faisait office de PPG, gainage, que j'adorais! Malheureusement, mon travail, ma famille... ne me permettent pour l'instant plus de faire ni VTT, ni vélo de route (trop chronophages), et je n'ai plus le temps non plus d'aller à l'escalade à St Céré. Je dis pour l'instant, car je n'ai pas du tout abdiqué, juste mis entre parenthèses ces pratiques. Ça, c'était le schémas type d'une semaine "active", c'est à dire environ trois semaines sur quatre; la semaine d'après course étant plus light.

A l'automne dernier, faute de temps, j'ai décidé, lors de ma reprise de la compèt, de me focaliser sur la CAP. Préparant des épreuves de format court (pas plus de 20 bornes), je me suis concocté un entrainement très simple à base de 4 séances d'1H30 de CAP / semaine = 6H00 de CAP "qui passent bien", c'est à dire que j'assimile visiblement sans trop de fatigue, car j'arrive à enchainer les sorties avec une fraicheur correcte. Cet hiver, je me suis dirigé vers deux séances de footing de 0h45 en plus, pour rajouter un peu de volume sans trop hypothéquer mes journées. Et jusqu'à présent je ne suis jamais parvenu à "rentrer" ce training, trop fatigué et n'insistant pas du coup. Les deux dernières semaines avant le trail de l'acqueduc, j'y suis arrivé en "trichant", c'est à dire en remplaçant une sortie d'1H30 de CAP endurance par une rando d'1H30. J'y suis donc presque... et ne compte ni augmenter le volume ni le nombre de séances, juste arriver à assimiler ce plan, qui je crois peut être efficace, et digeste aussi sur le plan mental (pas de saturation). Ce qui ferait 7H30 environ de CAP / semaine, toujours trois semaines sur quatre, en alternant bien sur les séances "qui font mal" avec les séances endurance voire endurance basse (récup). La semaine d'après course étant toujours plus légère, par exemple deux séances d'1H30 et deux séances de 0H45, sans forcer ou presque. Très important, le plaisir est toujours là, bien que le vélo et même l'escalade me manquent! Nouveauté 2019, je vais essayer de caser deux-trois petites séances de gainage de 15' / semaine, + réintroduire de temps en temps du travail de technique vtt, sur des durées courtes (0H45 max de wheeling, bunny up...), just for fun et en vue d'une reprise future (2020?)! 

La morale de l'histoire? L'entrainement croisé, en plus d'être super plaisant, et aussi moins risqué au niveau des blessures, peut être très efficace pour préparer des trails courts ou des courses sur route jusqu'au semis marathon, c'est en tous cas ce que j'ai pu vérifier...

Autre point stratégique à améliorer chez moi, et à résultat garanti pour gagner des minutes sur les courses en 2019: perdre du poids! Je me suis pesé après Naussanes, et là j'ai dit stop: 83 kg pour 1m81! Comment faire des temps dans de telles conditions? Depuis j'ai perdu 3 kg, et il faut que j'en perde encore au moins trois d'ici la prochaine course, à priori la course nature des Césarines le 10/03. Et ça, pour moi, c'est plus dur que de me coltiner des entrainements à la couenne! Chatouiller les 75 kg sera dur, car je suis pas mal charpenté, et j'ai des gros cuissots qui pèsent lourd sur la balance... Allez, ça vaut le coup, car outre les perfs, c'est le plaisir qui s'en trouvera grandi, et la préservation de mon squelette... A suivre!

 

 

Écrire un commentaire